Famiris

Iriscare à la rencontre du Val des Fleurs

En contrebas de l’ancien bâtiment, la nouvelle résidence du Val des fleurs se dresse depuis 2015 en face du CPAS de Berchem-Sainte-Agathe. Avec ses panneaux solaires, sa verdure et son restaurant communautaire, la maison de repos se veut un lieu de vie moderne. Elle fait partie des 140 maisons de repos agréées par Iriscare. C’est dans ce cadre que Tania Dekens (Fonctionnaire Dirigeant d’Iriscare) et Anne Ottevaere (Fonctionnaire Dirigeant Adjoint d’Iriscare) sont allées à la rencontre de l’équipe et des résidents du Val des fleurs durant le mois de septembre.

Quand on descend l’avenue de Selliers de Moranville à Berchem-Sainte-Agathe, on aperçoit vite ce grand bâtiment sur lequel ressort en lettres blanches « Val des fleurs ». Dès l’entrée passée, on se rend compte que l’accent a été mis sur la modernité lors de sa construction. « Nous sommes rentrés dedans il y a 4 ans, en septembre 2015. Depuis sa construction des ajouts ont été faits. Des panneaux solaires ont été installés l’an passé. A terme, l’objectif est de couvrir l’ensemble des besoins énergétiques de la maison de repos. Nous avons déménagé car l’ancien bâtiment n’était plus adapté aux résidents que nous accueillons et ne répondait plus aux critères de confort actuels », explique la Directrice, Mme Annemie Detramasure, tout en précisant : « C’est une maison de vie, pas un hôpital ». Même si l’accent est également mis sur les soins avec une ergothérapeute ou encore avec une salle de kiné. Pour un tarif de 57€/jour (soit 1767€/mois), les résidents ont une chambre meublée de 24,5m² avec la télévision, une salle de bain, un frigo, des frais médicaux, diverses activités et la lessive personnelle comprise.

 

Le bâtiment est divisé en trois étages. Chacun d’entre eux est dédié à certaines catégories de dépendances. Le troisième étage, par exemple, est essentiellement réservé aux résidents avec une démence. Mais quel que soit l’étage, le schéma est le même : les deux ailes abritent les chambres tandis que le milieu du bâtiment est réservé aux espaces de vie. On y retrouve, notamment, une salle à manger où les résidents de chaque étage se retrouvent pour manger ensemble. Ces espaces accueillent aussi de nombreuses activités : gymnastique, ateliers cuisine, snoezelen (une chambre avec un lit à eau et de la musique), ateliers parole … Des programmes hebdomadaires qui peuvent être adaptés en fonction des demandes des résidents.

 

La verdure est également au cœur du quotidien des 120 résidents du Val des fleurs dont la moyenne d’âge est de 85 à 90 ans. Au détour des longs couloirs, on peut croiser l’une ou l’autre plante. Mais c’est surtout le jardin en escalier surplombé par une petite volière qui retient l’attention à l’arrière du bâtiment.

Un restaurant ouvert sur l’extérieur

Le Val des fleurs se targue d’être une maison ouverte vers l’extérieur. Point d’orgue de cette philosophie, le restaurant Mimosa. Installé au rez-de-chaussée, ce restaurant communautaire est ouvert aux résidents et à leur famille…mais pas seulement. Il est également ouvert aux Berchemois de 60 ans et plus et se veut donc un lieu de rencontre. « Une trentaine de personnes viennent y manger le midi », précise Mme Detramasure.

Le restaurant propose une alimentation saine et durable labélisée Good Food. Au menu aujourd’hui : potage de tomates suivi d’un rôti de porc ardennais accompagné de courgettes au gratin et de pommes de terre rissolées. Enfin, quelques prunes pour le dessert. Un menu complet qui ne coûte que 7€ aux Berchemois qui veulent en profiter.

140 maisons de repos agréées par Iriscare

En plus de se charger d’attribuer les agréments (sur base de différentes normes qu’elles soient architecturales ou qu’elles concernent l’alimentation, l’hygiène, les soins, l’animation ou encore le personnel), Iriscare est aussi responsable du financement des soins dans les maisons de repos, les maisons de repos et de soins ainsi que dans les centres d’accueil de jour et de courts séjours. Cela signifie qu’Iriscare fournit le financement nécessaire mais est également en contact avec les maisons de repos et les organismes assureurs bruxellois.

En tout, ce sont 140 maisons de repos bruxelloises qui sont agréées par Iriscare. Une mission qu’Iriscare remplit avec beaucoup de sérieux car le bien-être de nos aînés est au cœur de nos engagements !