Famiris

FAQ – Services ambulatoires

Dernière mise à jour : 16 mars 2020

Table of contents

Les consultations non urgentes de patients asymptomatiques peuvent être annulées ?

Oui, à condition de prévenir le bénéficiaire et en s’assurant que cette annulation ne génère pas un stress ou une panique chez le bénéficiaire.

Quelles consignes pour un travailleur ayant des personnes à risque dans son entourage proche ?

Les personnes à risque (âgées, asthmatiques, hypertendues,….) doivent redoubler de prudence. Les travailleurs ayant une personne à risque dans leur entourage peuvent continuer à travailler.

Par contre, les travailleurs ayant un membre de la famille qui présente les symptômes du Coronavirus doivent appeler le médecin. Celui-ci décidera de la marche à suivre, y compris éventuellement la mise en quarantaine de la famille. Cette mesure ne peut être prise que sur base de la décision du médecin.

Comment référer, réorienter un patient qui présente des symptômes ?

Un patient qui présente des symptômes doit être renvoyé chez lui et contacter sans attendre son médecin généraliste. S’il n’est pas en mesure de le faire, le service peut l’aider à appeler un médecin généraliste, le rassurer, assurer le suivi en fonction des conclusions du médecin généraliste. Le service doit également prendre des mesures afin que la personne n’entre pas en contact avec d’autres personnes au sein de l’établissement. Si le patient n’a pas de médecin généraliste, consultez doctorbrussels.be.

Quid du financement pour des institutions qui ralentissent leurs activités, notamment pour celles qui fonctionnent avec un financement à l’acte ?

L’administration est bien consciente de ces enjeux et cherche activement des solutions.  L’objectif est de faire en sorte que cette situation n’impacte qu’à minima le financement habituel des établissements concernés. En ce qui concerne les recettes propres ou les financements INAMI, cette question sera évaluée dans un second temps.

Quelles mesures prendre avec les patients qui ne sont pas conscients de l’enjeu sanitaire pour limiter la contamination des travailleurs ?

Cette question relève des spécialistes du secteur. Nous sommes conscients que c’est délicat mais il va falloir trouver les astuces pour ne pas serrer la main de patients, garder une distance et leur demander de se laver les mains avant la consultation. L’hygiène des mains du personnel est primordiale.
Les travailleurs peuvent utiliser la boite à outils à disposition sur le site coronavirus.brussels crée  par  « Cultures & Santé » . Une conduite/un outil pédagogique a été construit  pour parler du virus avec un public plus fragile et/ou moins à même de comprendre les enjeux  de la propagation du virus.

Est-il recommandé de suspendre toutes les consultations à domicile ou de ne viser que les visites auprès de patients plus à risque (âge, état de santé) ?

Il faut éviter au maximum la concentration de personnes à risques ou autour de celles-ci.  Il faut toutefois continuer d’assurer l’accompagnement du bénéficiaire et le rassurer, particulièrement avec les patients suivis pour des troubles de santé mentale.  Pour ce faire, nous vous suggérons de mettre en place des alternatives afin de maintenir la communication avec les bénéficiaires et leur entourage (vidéoconférence, téléphone, …).
Il faut éviter les visites chez des personnes à risque (âge, état de santé) et chercher d’autres manières de les soutenir.

Comment faire avec les patients souffrant de maladies mentales qui viennent et s’avèrent porteurs de symptômes ?

Les patients présentant des symptômes doivent être renvoyés chez eux. Le service doit veiller à ce que le médecin généraliste soit averti. Nous sommes conscients de la difficulté avec ce type de patient néanmoins les professionnels du secteur sont les plus à mêmes d’y apporter des réponses. Ils peuvent éventuellement faire appel au réseau 107. Éventuellement prévoir une pièce ou ils peuvent être isolés s’il n’est pas possible de les renvoyer chez eux immédiatement.

Faut-il privilégier les contacts à distance (téléphone) même pour des patients asymptomatiques ?

Oui, même si cela dépend du patient et de la pathologie. Les patients dont la situation n’est pas grave ou moins grave peuvent effectivement être contactés par téléphone. Néanmoins, il est indispensable de veiller à une continuité des soins et une prise en charge des patients qui le nécessitent.

Peut-on recevoir les patients symptomatiques ?

Non. Les patients symptomatiques doivent être renvoyés chez eux. Les mesures d’hygiène de base respectées. En ce qui concerne les masques, des solutions sont recherchées.

Est-il recommandé d’espacer les moments de consultation pour assurer le nettoyage du local entre deux patients ?

Oui. Pour le nettoyage mais aussi pour éviter la promiscuité.

Comment faire avec les jeux, jouets et le matériel de psychomotricité qui sont des moyens nécessaires pour bon nombre de suivis enfants ?

Le suivi des enfants qui n’est pas indispensable doit être reporté. Pour les enfants dont les consultations doivent être maintenues en raison de leur état de santé, il est indispensable de désinfecter le matériel utilisé après chaque utilisation.
Selon les recommandations de l’ONE, il faut écarter les jouets non lavables et s’assurer du nettoyage des jouets lavable entre deux patients.

Les consultations familiales sont-elles assimilées à des activités de groupe ?

Non. Néanmoins,  les consultations qui ne sont pas indispensables doivent être reportées. Les familles dont le suivi ne peut être interrompu pour des raisons médicales doivent être prises en charge. Pour ce faire, nous vous suggérons de mettre en place des alternatives afin de maintenir la communication avec les bénéficiaires et leur entourage (vidéoconférence, téléphone,  espacement des rendez-vous,….). Si une personne de la famille a des symptômes de maladie respiratoire même légers, elle ne peut pas participer physiquement à la rencontre.

Peut-on recevoir encore des personnes qui sont hébergées en institution (milieu d’accueil , accueil d’urgence…) ?

Oui si elles n’ont pas de symptômes respiratoires. Les mêmes règles s’appliquent que pour les personnes vivant dans leur propre logement.

Quels sont les services que les centres de planning familial peuvent maintenir ?

Les centres doivent maintenir uniquement les consultations IVG et urgences gynécos et contraception d’ urgence  (pilule du lendemain)  et reporter le reste des consultations physiques. Il est néanmoins important de rester disponible pour les bénéficiaires notamment par téléphone pour les rassurer, les réorienter, les informer ou référer des cas douteux. De manière transitoire, des prescriptions peuvent être établies sur contact téléphonique. Le personnel peut être réaffecté à d’autres tâches pour permettre cet accueil téléphonique. Le matériel de protection individuel doit être utilisé avec parcimonie.

Comment garantir le paiement des salaires des indépendants ?

Comme de manière plus générale pour le financement des centres, l’administration est bien consciente de ces enjeux et cherche activement des solutions. L’objectif est de faire en sorte que cette situation n’impacte qu’a minima le financement tout en entier du centre.  Nous demandons à tous de se mettre au service de la population et de faire preuve de solidarité.
Les consultations par téléphone si elles font l’objet d’un enregistrement dans le dossier du patient pourrons être prises en compte.

Comment les frais de fonctionnement supplémentaire (frais téléphoniques plus importants en cas de déviation d’appel vers des gsm de travailleurs à l’extérieur par exemple) seront-ils couverts ?

Les frais de fonctionnement seront payés dans le cadre de l’enveloppe. En cas de dépassement dû à la crise, une demande d’adaptation doit être envoyée par email au plus vite à l’administration qui évaluera la demande. L’évaluation et la régularisation du dossier sera faite plus tard.

Comment limiter le nombre de personnes dans la salle d’attente et assurer la prise de rendez-vous la plus efficace ?

Il est impératif d’éviter au maximum la concentration des personnes et surtout de personnes à risque. Il est donc nécessaire d’inciter le personnes à prendre rendez-vous par téléphone pour limiter les contacts et la propagation du coronavirus – Covid19.  Il est recommandé d’espacer les rendez-vous pour diminuer le nombre de personnes présentes dans la salle d’attente. Toutefois, nous vous demandons d’assurer la bonne continuité des soins et services indispensables aux bénéficiaires. Les actions de prévention doivent être reportées si il n’y a pas de danger pour les bénéficiaires.
Il est recommandé d’afficher un avertissement demandant aux personnes avec des symptômes respiratoires de ne pas entrer, de rentrer chez eux et de téléphoner. L’activité doit être réorganisée pour permettre la distanciation sociale dans le centre. Le nettoyage des surfaces doit être renforcé.

Comment seront financées les animations EVRAS scolaires ou extrascolaires qui ont été planifiées / préparées ?

Les subventions seront octroyées. Les modalités pratiques de rattrapages seront évaluées plus tard.